La théorie des cuillères

J’avais envie de faire connaître un super petit texte appelé « la théorie des petites cuillères » de Christine Miserandino, publié sur son site Butyoudontlooksick.com (Mais tu n’as pas l’air malade).

Dans ce texte, Christine est au restaurant avec une amie et lui explique à l’aide de cuillères comment c’est de vivre avec sa maladie (le lupus). Bien que ma maladie soit très différente de la sienne, je me retrouve carrément dans son histoire:

« (…) J’ai horreur de me sentir à part, de devoir choisir de rester à la maison, ou de ne pas faire les choses que je voudrais faire. Je voulais qu’elle ressente ma frustration. Je voulais qu’elle comprenne que tout ce que les autres font est facile, mais que pour moi, chaque chose est divisée en une multitude de petites tâches à accomplir. Je dois penser à la météo, à ma température, et la journée entière doit être planifiée avant même que je puisse attaquer la moindre tâche. Alors que les autres personnes peuvent faire les choses simplement, je dois attaquer et faire un plan, comme si j’étais une stratège planifiant une guerre. C’est dans cette façon de vivre que réside la différence entre être malade et être en santé. Il y a cette belle habileté de ne pas avoir à penser et pouvoir agir. Je m’ennuie de cette liberté. Je m’ennuie de ne pas avoir à compter mes « cuillères ». (…) »

Pour télécharger le texte: La-Theorie-des-cuilleres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.